L’étiquette au Japon 1

L’étiquette au Japon 1

    Qui n’a pas été surpris par les « IRASSHAIMASE !! », ces cris d’accueil pleins d’entrain en entrant dans une boutique ou en ouvrant la porte d’un restaurant, d’un ryokan?   Ici les clients ne saluent pas en entrant avec l’habituel « bonjour », mais ils sont accueillis par une parole de bienvenu exprimée tantôt avec enthousiasme tantôt avec délicatesse. Le message passé est « on vous a vu, on sait que vous êtes là, on va vous servir promptement ».

   Si le service à la japonaise est réputé attentionné et efficace il existe pour les invités de nombreuses étiquettes pour éviter d’offenser votre hôte. 

Nous allons décrypter quelques situations et les comportements appropriés à observer.

Pour saluer

Au Japon on ne sert pas la main de son interlocuteur. Les courbettes sont utilisées dans toutes les situations. Plus on s’incline profondément, plus la personne en face de vous sera considérée comme importante. De façon générale on penche le haut du corps vers l’avant. Dans les situations informelles, une simple inclinaison de la tête suffira pour se montrer poli.

Au restaurant

Habituez-vous à vous déchausser dans certains restaurants traditionnels ou Izakaya (bars à tapas japonais) et ranger vos chaussures dans les casiers ou les étagères prévus à cet effet. Si l’établissement ne propose pas de rangement pour les chaussures, pensez à aligner soigneusement vos chaussures avec celles des autres en orientant la pointe vers l’extérieur.

Au Japon, une fois que toutes les commandes ont été servies, le serveur dépose la note au coin de votre table (lorsque le règlement n’est pas demandé à l’avance auprès des automates par exemple). Pas besoin donc de l’appeler pour demander l’addition. En revanche, celle-ci est à régler directement à la caisse souvent située à l’entrée de l’établissement.

Prenez soin de ne jamais directement tendre vos billets ou vos monnaies au caissier. Vous devez poser votre argent dans la coupelle prévue à cet effet.

Enfin, il n’est ni courant ni requis de donner le pourboire au Japon. Vous pouvez toutefois faire des dons dans des petits tirelires posée généralement à côté de la caisse enregistreuse.

Dans les ryokan et les maisons japonaises.

Déchaussez-vous avant d’entrer dans l’établissement.  Sachez que des chaussons d’intérieurs peuvent être mis à votre disposition à chaque endroit différent de l’établissement ou de la maison : partie commune, bain (ou onsen), toilettes etc.  La règle à respecter est de toujours veiller à ne pas vous balader pieds nus dans les parties communes, ni de marcher sur les tatamis avec les chaussons et ni de les mélanger !  

Enfin, les occasions de vous déchausser étant nombreuses, nous vous recommandons d’avoir suffisamment de chaussettes propres et présentables.

Dans les transports 

Sur le quai, le lieu où l’ouverture des portes se fait est indiqué par des marquages au sol. Vous devez attendre à l’intérieur de cette zone en respectant la file d’attente. A l’arrêt du train, laissez descendre les passagers en vous rangeant soit à gauche, soit à droite de la porte.  Attendez votre tour avant de monter.

 

Les Japonais restent silencieux à bord des trains et personne ne parlent sur son téléphone portable pour ne pas importuner les autres voyageurs. Pensez donc à éteindre votre téléphone ou le mettre en mode silencieux. Dans les SHINKANSEN et les trains régionaux une zone de conversation est spécialement aménagée et généralement située entre deux wagons du train. Renseignez-vous à bord des trains auprès des contrôleurs ou scrutez les indications.

Dans les grandes agglomérations, certains wagons des trains ou de métros sont réservés exclusivement aux femmes, pensez donc à bien suivre les indications.

 

Il va de soi aussi qu’il ne faut pas s’asseoir sur les sièges réservés aux personnes âgées, aux femmes enceintes et aux personnes invalides ou handicapées.

La plus part des règles à observer sur les lieux publics sont traduites en anglais.

N’hésitez pas à chercher autour de vous les signalétiques ou les panneaux en cas de doute.

 

TOP